Slow End
Special Low Frequency Version
On t'avait prévenu
Bunkur - Moss split

Artistes participants au disque

MOSS Web
BUNKUR Web

Avis des chroniqueurs

the.freezing.clown
Note

Informations

Première édition
2004 (1 x Cdr)
Label
Foreshadow
Avec
OLLY (vomiting (MOSS)), DOM (torture (MOSS)), ANDY (batterie (MOSS))
Tracklist
1. Bunkur: Erblicket die tochter des firmaments (Burzum cover)
2. Moss: Cop (Swans cover)
Remarque
Le line-up pour BUNKUR est inconnu.


Les 50 premières copies de ce CD furent distribuées lors des festivals « Ashes to ashes, Doom to dust », avec un artwork en noir en blanc.
 

Chroniques de splits et de compilations


Freak doom

Chronique par the.freezing.clown, le 22 octobre 2004
(414 lectures)

Bon forcément, là, on ne pouvait que s'attendre à dérouiller. Sur ce split-CD, on trouve en effet deux des valeurs montantes de la scène Underground Sludge - Drone - Funeral - Noisy - Tortured Doom (on va dire Extreme Doom pour simplifier), chacun s'étant chargé de rendre hommage à un groupe qui l'a influencé.
On attaque donc avec Bunkur, groupe hollandais au line-up un peu particulier, puisque dépourvu de guitares, cette absence étant compensée par la présence d'une deuxième basse et d'un clavier. Leur version du « Erblicket die tochter des firmaments » de Burzum (extrait de Filosofem, à l'origine) se retrouve dotée d'une intro oppressante à base de larsens et de distorsions sur lesquels le chanteur balance quelques hurlement affreusement déformés, parmi lesquels on distingue notamment un « Suddenly life has new meaning », référence au légendaire morceau « Dunkelheit ». La reprise en elle-même démarre aux alentours de la 6ème minute et on est immédiatement frappé par l'aspect extrêmement compact et fouillé du son qui renforce un riff déjà bien puissant à l'origine, le résultat passé à fort volume étant potentiellement capable de vous retourner complètement les trippes (et bien évidement de ruiner vos enceintes et les fondations de votre immeuble). Le chant très saturé reste assez proche de l'originale, tout aussi malsain et haineux, alors que la batterie restitue parfaitement le coté linéaire du jeu de Vikernes. Une bonne reprise donc, qui ravira tout autant les fans de Burzum, pour peu qu'ils fassent l'effort de s'y intéresser, que les fans de Doom sous sa forme la plus extrême.
Dans un style finalement assez proche, les Anglais de Moss, également dotés d'une formation originale (cette fois ci sans bassiste, mais avec un guitariste jouant très très bas), s'attaque de leur coté au « Cop » des Swans. Ici encore, le son est très déformé, et la gratte vomit littéralement un son quasi dronisant alors que le chanteur braille de façon particulièrement déchirée au travers une énorme distorsion. Le morceau s'étire sur plus de 17 minutes, sans trop de variations, et on retient surtout le groove gras presque trop énorme de la gratte (du genre à ravager les amplis), qui semble être la marque de fabrique du groupe.
Bref, on se retrouve ici avec un bon split CD, représentatif de nouveau mouvement Extreme Doom, mais qui me semble être plutôt destiné aux fans des 2 groupes qu'à ceux qui voudraient les découvrir.

Bunkur - Moss split en trois mots : extrême, nihiliste, torturé




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 3 commentaires pour ce disque