Slow End
Special Low Frequency Version
Ralentir est la solution
Sollubi / Aquilonian - split

Artistes participants au disque

SOLLUBI Web
AQUILONIAN Web

Avis des chroniqueurs

intheseblackdays
Note

Informations

Première édition
2010 (1 x Cd)
Label
Choking Hazard records
Avec
- AQUILONIAN:
Muleboy - chant et guitare
Magma - batterie

- SOLLUBI:
Corey Bing - batterie
Scott Stearns - basse
Jesse - vocaux et programmation
Griff - guitare
Tracklist
1. Symphonica de levita (Aq.)
2. The struggle (So.)
 

Chroniques de splits et de compilations


Stoner Sludgecore Noise

Chronique par intheseblackdays, le 11 mai 2011
(498 lectures)

Ce split a mis des années à voir le jour. A la base, ce n’était même pas prévu que ce soit un split. Aquilonian, c’est le remède trouvé par Muleboy et Magma, respectivement huleur/guitariste et batteur de Bongzilla pour passer le temps, jusqu’à ce que le groupe favori des amateurs de Weed sorte de son hiatus (à la cause indéterminée, j’ai entendu parler de prison pour Spanky. Darkmore ?). Ce nouveau duo (encoooore…) devait sortir ce morceau fleuve d’une demi-heure chez Land O’Smiles sous la forme d’un 12".
D’après les mecs du label, Muleboy et compagnie ont vraiment traîné, n’ont plus donné signe de vie etc. et LO’S a du se mettre aussi en hiatus, pour cause de problèmes d’argent et une sombre histoire de procès concernant leur logo. Bref, ça ne sentait pas bon.
Finalement, par je ne sais quel miracle (ça a du bon de conserver quelques mystères), voilà que ce Symphonica de levita sort sur un obscur label avec un groupe dont je n’avais jamais entendu parler, Sollubi, mais qui je pense doit avoir ses fans chez les addicts de Fistula et consorts (edit : ah ouais, après recherches, y’a les mecs de Fistula et d’Accept Death dedans, des gros bourrins quoi).

Concernant Aquilonian, ne vous attendez pas à du Bongzilla bis ou du Weedeater like.
C’est frais, léger, aérien et… moche. Franchement, j’étais super joyeux style petit lapinou dans la prairie qui cache des œufs de Pâques quand j’ai appris l’existence de ce groupe. Même l’extrait m’avait botté. J’avais de la merde dans les oreilles ou quoi ? (Certains diront que c’est maintenant que je devrais les nettoyer. Je le fais chaque matin, merci.) Il s’agit d’un jam où bien sûr on reconnaît quand même le son gatewayesque de Muleboy et la patate de Magma mais comme sur Amerijuanican qui sentait bon le cercueil, ça patine, ça n’avance pas. Tu m’étonnes que ça dure 30 putain de minutes.
Et puis, je ne vous ai pas encore parlé du chant. Eh ouais. Muleboy sait chanter. Mais c’est aussi raté que ses vocaux criards qui généralement séparent les fans des détracteurs de Bongzilla. C’est mou, guimauvesque, sans puissance. Remarquez, ça va bien avec le nouveau look qu’il arborait sur la page myspace du groupe : chauve à moustache. N’est pas Floor qui veut. Belle bouse donc.

Sollubi par contre. Pan (-pan, pour rester dans le trip lapin de la forêt) dans les dents. J’ai acquis leur album de 2008, At war with decency, à la pochette aussi moche que celle-ci, suite à l'écoute de ce split. Ben si l’album est pas mal mais pas top, ce morceau lui par contre, il en fout plein la tronche. C’est ultra lourd, ça sait où ça va, les riffs sont extrêmement méchants et la voix sludge est pourrie jusqu’il faut, un très léger poil porcine mais ça passe impec. Et là, la demi-heure passe toute seule.
Ça ressemble à du dégueuli, ça sent le dégueuli, c’est visqueux comme du dégueuli, ça tache comme du dégueuli mais on en reprend une dose volontiers. Terrible.

Sollubi / Aquilonian - split en trois mots : mou (Aq.), baveux, virulent (So.)




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 1 commentaire pour ce disque